Les mouvements de caméra au cinéma

Les mouvements de caméra, ce sont un peu comme les moyens d’expression du réalisateur. Il va faire en sortes de vous faire vivre la scène grâce aux différentes techniques possibles. On retient au total 5 catégories de mouvements de caméra.

Le plan séquence

Le plan séquence est loin d’être le plan le plus simple à réaliser… Le principe est simple : Filmer une scène en entier sans couper une seule fois. Ce type de plan est apprécié par les réalisateurs car il représente un véritable défi à réaliser. En effet, tout doit être préparé à l’avance et au millimètre près que ce soit le mouvement des caméras (le chemin qu’elle va prendre), le déplacement des acteurs, et même la partie technique (ex : faire en sorte que la perche son n’apparaisse pas dans le cadre pendant toute la séquence).

Un exemple concret avec Atomic Blonde (plan séquence de 3 minutes !) :

Le travelling

Le travelling consiste en un déplacement de la caméra verticalement, horizontalement, en avant ou en arrière (et quelques exceptions comme : en arc, circulaire, …). L’objectif premier est de changer de point de vue pendant la séquence pour pouvoir suivre un mouvement ou bien se rapprocher/s’éloigner d’un sujet donné. Attention le fait de « Zoomer » avec la caméra n’est pas considéré comme un Travelling, il faut qu’il y ait un véritable déplacement physique de la caméra.

Un exemple concret avec le film Electra Glide in Blue (looong travelling arrière) :

Le panoramique

Le panoramique est simple à comprendre, la caméra ne bouge pas de son axe et effectue un mouvement ou une rotation sur elle-même. Imaginez-vous en train de tourner sur vous-même avec votre appareil photo… Vous venez de faire un panoramique ! On retrouve souvent ce type de plan lorsqu’on souhaite montrer un paysage dans un film.

Un exemple concret avec le film No Country for Old Men (1:47) :

La caméra portée

Je pense que le nom est assez explicite non ? L’idée ici est de se mettre complètement à la place du personnage en prenant son point de vue. On parle d’ailleurs de plan Point de Vue (Point of View) ou bien de Steadicam. L’idée est la même mais la technique change dans la manière de filmer. Les films les plus connus dans ce style étant la série de film d’horreur REC (qui en a inspiré bien d’autres comme Grave Encouters, etc.).

Un exemple concret avec le film Il faut sauver le soldat Ryan (à 2 :44 dans la vidéo) :

Le plan fixe

Bon ok, je triche un peu ce n’est pas vraiment un mouvement… Mais je tiens à en parler car c’est aussi un « outil » dont le réalisateur dispose : l’immobilisme. Comme la caméra reste immobile sur un trépied, ce sont les acteurs et les effets qui donnent du dynamisme à la séquence, cela demande donc de maîtriser les entrées champs et sorties hors-champs.

Un exemple concret avec ce plan fixe de train arrivant en gare :

Nous voulions établir une sorte de glossaire des principaux mouvements de caméra qui existent au cinéma afin d’avoir une référence sur laquelle les visiteurs peuvent se baser. Nous savons maintenant que le mouvement de caméra est un élément qui doit être pris en compte par le réalisateur et peut même définir son style (ex : les plans fixes d’Hitchcock). C’est d’ailleurs son principal moyen d’expression et il peut s’en servir pour mettre en avant un point de vue particulier de la scène.

Laisser un commentaire

Fermer le menu